Calcul urinaire: définition et prise en charge - Docteur VARDI
16397
page-template-default,page,page-id-16397,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

CALCUL URINAIRE OU LITHIASE

Les calculs urinaires (ou lithiases) sont une pathologie fréquente, touchant 5 à 10% de la population, et récidivante.

Ils peuvent se manifester par une crise douloureuse qui est la conséquence de l’obstruction des voies urinaires hautes. Il existe alors, typiquement, une douleur de la fosse lombaire irradiant vers le bas ventre, parfois associée à du sang dans les urines. C’est la colique néphrétique. Ils peuvent également ne donner lieu à aucun symptôme.

 

FACTEURS FAVORISANTS:

 

La formation des calculs urinaires peut être favorisée par des facteurs alimentaires tels qu’une consommation excessive de produites laitiers, de protéines animales, de sel, d’aliments riches en oxalate (cacao, fruits secs…) ou en purines (charcuterie, abats…) et surtout par des apports liquidiens insuffisants.

Moins fréquemment, certains types de calculs sont favorisés par les infections urinaires, par l’hérédité, par un traitement médicamenteux ou par des facteurs anatomiques tels que certaines malformations rénales.

 

PRISE EN CHARGE DES CALCULS URINAIRES:

 

La prise en charge des calculs dépend de leur localisation, de leur taille, de leur nombre, de leur type et leur mode de révélation.

En cas de colique néphrétique, l’urgence est le traitement de la douleur qui est souvent très importante. Les anti-inflammatoires sont le traitement de référence. Une dérivation chirurgicale des urines par sonde interne (sonde en double J) peut être nécessaire en cas de colique néphrétique fébrile, résistante aux antalgiques ou sur rein unique.

Le traitement du ou des calculs urinaires peut faire appel à la lithotritie extracorporelle. Il s’agit d’un traitement non invasif employant des ondes de choc acoustiques, focalisées sur le calcul et visant à sa fragmentation. Il s’agit du traitement de référence pour les calculs du rein dont le diamètre n’excède pas 20mm et de densité inférieure à 1000 UH.

Une autre technique employée est l’urétéroscopie qui consiste à introduire, de manière rétrograde, une optique dans les voies urinaires pour permettre l’ablation ou la fragmentation du calcul par laser. Il s’agit d’une technique invasive, réalisée sous anesthésie générale, dont les résultats sont excellents.

Plus rarement, un accès direct au rein, par endoscopie percutanée ou par voie ouverte, est nécessaire pour le traitement des calculs très volumineux ou complexes.

Enfin, une prise en charge diététique, endocrinologique ou néphrologique est parfois nécessaire pour éviter la récidive avec la formation de nouveaux calculs à moyen terme.

Le Docteur Adam Vardi dispose d’un plateau technique, à la Clinique de l’Alma et à la Clinique Saint-Louis, lui permettant de disposer de l’ensemble de ces technologies (lithotripteur mobile, urétéroscope rigide et souple numérique, laser Holmium…) afin d’assurer une prise en charge optimale de la maladie lithiasique.